moycorner

UN SITE POUR DESSILLER LES YEUX

Break the silence: a world war is beckoning


John Pilger

Why do we tolerate the threat of another world war in our name? Why do we allow lies that justify this risk? The scale of our indoctrination, wrote Harold Pinter, is a « brilliant, even witty, highly successful act of hypnosis », as if the truth « never happened even while it was happening ».

Every year the American historian William Blum publishes his « updated summary of the record of US foreign policy » which shows that, since 1945, the US has tried to overthrow more than 50 governments, many democratically elected; grossly interfered in elections in 30 countries; bombed the civilian populations of 30 countries; used chemical and biological weapons; and attempted to assassinate foreign leaders.

In many cases Britain has been a collaborator. The degree of human suffering, let alone criminality, is little acknowledged in the west, despite the presence of the world’s most advanced communications and nominally freest journalism. That the most numerous victims of terrorism – « our » terrorism – are Muslims, is unsayable. That extreme jihadism, which led to 9/11, was nurtured as a weapon of Anglo-American policy (Operation Cyclone in Afghanistan) is suppressed. In April the US state department noted that, following Nato’s campaign in 2011, « Libya has become a terrorist safe haven ».

The name of « our » enemy has changed over the years, from communism to Islamism, but generally it is any society independent of western power and occupying strategically useful or resource-rich territory. The leaders of these obstructive nations are usually violently shoved aside, such as the democrats Muhammad Mossedeq in Iran and Salvador Allende in Chile, or they are murdered like Patrice Lumumba in the Congo. All are subjected to a western media campaign of caricature and vilification – think Fidel Castro, Hugo Chávez, now Vladimir Putin.

Washington’s role in Ukraine is different only in its implications for the rest of us. For the first time since the Reagan years, the US is threatening to take the world to war. With eastern Europe and the Balkans now military outposts of Nato, the last « buffer state » bordering Russia is being torn apart. We in the west are backing neo-Nazis in a country where Ukrainian Nazis backed Hitler. Having masterminded the coup in February against the democratically elected government in Kiev, Washington’s planned seizure of Russia’s historic, legitimate warm-water naval base in Crimea failed. The Russians defended themselves, as they have done against every threat and invasion from the west for almost a century.

But Nato’s military encirclement has accelerated, along with US-orchestrated attacks on ethnic Russians in Ukraine. If Putin can be provoked into coming to their aid, his pre-ordained « pariah » role will justify a Nato-run guerrilla war that is likely to spill into Russia itself.

Instead, Putin has confounded the war party by seeking an accommodation with Washington and the EU, by withdrawing troops from the Ukrainian border and urging ethnic Russians in eastern Ukraine to abandon the weekend’s provocative referendum. These Russian-speaking and bilingual people – a third of Ukraine’s population – have long sought a democratic federation that reflects the country’s ethnic diversity and is both autonomous and independent of Moscow. Most are neither « separatists » nor « rebels » but citizens who want to live securely in their homeland.

Like the ruins of Iraq and Afghanistan, Ukraine has been turned into a CIA theme park – run by CIA director John Brennan in Kiev, with « special units » from the CIA and FBI setting up a « security structure » that oversees savage attacks on those who opposed the February coup. Watch the videos, read the eye-witness reports from the massacre in Odessa this month. Bussed fascist thugs burned the trade union headquarters, killing 41 people trapped inside. Watch the police standing by. A doctor described trying to rescue people, « but I was stopped by pro-Ukrainian Nazi radicals. One of them pushed me away rudely, promising that soon me and other Jews of Odessa are going to meet the same fate… I wonder, why the whole world is keeping silent. »

Russian-speaking Ukrainians are fighting for survival. When Putin announced the withdrawal of Russian troops from the border, the Kiev junta’s defence secretary – a founding member of the fascist Svoboda party – boasted that the attacks on « insurgents » would continue. In Orwellian style, propaganda in the west has inverted this to Moscow « trying to orchestrate conflict and provocation », according to William Hague. His cynicism is matched by Obama’s grotesque congratulations to the coup junta on its « remarkable restraint » following the Odessa massacre. Illegal and fascist-dominated, the junta is described by Obama as « duly elected ». What matters is not truth, Henry Kissinger once said, but « but what is perceived to be true. »

In the US media the Odessa atrocity has been played down as « murky » and a « tragedy » in which « nationalists » (neo-Nazis) attacked « separatists » (people collecting signatures for a referendum on a federal Ukraine). Rupert Murdoch’s Wall Street Journal damned the victims – « Deadly Ukraine Fire Likely Sparked by Rebels, Government Says ». Propaganda in Germany has been pure cold war, with the Frankfurter Allgemeine Zeitung warning its readers of Russia’s « undeclared war ». For Germans, it is an invidious irony that Putin is the only leader to condemn the rise of fascism in 21st-century Europe.

A popular truism is that « the world changed » following 9/11. But what has changed? According to the great whistleblower Daniel Ellsberg, a silent coup has taken place in Washington and rampant militarism now rules. The Pentagon currently runs « special operations » – secret wars – in 124 countries. At home, rising poverty and hemorrhaging liberty are the historic corollary of a perpetual war state. Add the risk of nuclear war, and the question begs: why do we tolerate this?

This article first appeared in the Guardian, UK

SOURCE: johnpilger.com

Découverte présumée de l’épave de la Santa Maria dans les eaux haïtiennes : un ancien ministre de la culture exprime ses inquietudes, « les archéologues d’aujourd’hui étant les mêmes qui ont été cités dans le scandale des canons volés »


(AHP) – L’ancien ministre de la culture sous le gouvernement Preval/Pierre-Louis, Olsen Jean Julien a exprimé mercredi ses inquiétudes suite à l’annonce de la découverte au large d’Haïti, d’une épave assimilée aux restes de   la Santa Maria, une des 3 caravelles de christophe Colomb, disparue il y a 500 ans.

M. Jean Julien a tenu à souligner que les experts qui ont fait cette annonce sont ceux-là mêmes qui étaient accusés d’implication dans  une tentative de vol de ressources sub-aquatiques dans la région de l’Ile -à-Vache,  en 2006, alors que le régime Alexandre/Latortue expédiait les affaires courantes, après l’election de René Préval.

Pour plusieurs secteurs,  cette nouvelle affaire  a une odeur de canons volés. Des experts étrangers  avaient éte accusés d’avoir fait main basse sur des canons en bronze et des pièces en or et émeraude. Des informations faisaient même  savoir  qu’un bateau battant pavillon américain etait arrivé au Panama en avril 2006,  avec à son bord, des canons en provenance des eaux haïtiennes.

Ces canons  avaient comme destination finale, le Canada,  selon le co-manager d’une compagnie américaine, Sub Sea Research LLC, Greg Brooks.

Olsen Jean Julien appelle  les instances haïtiennes concernées à faire preuve  de responsabilité, tout en déplorant  que le gouvernement n’ait communiqué jusqu’ici aucune information dans le dosier de la Santa Maria, d’autant que  l’un des experts, Clifford Barry, affirme collaborrer sur le dossier  avec les autorités haïtiennes  et avec des  collègues haïtiens dont il n’a pas cité les noms.

L’ancien minisre de la Culture  souligne que  de telles  questions doivent faire l’objet de discussions entre les pays concernés. Il lance donc une mise en garde  contre l’accaparement d’objets patrimoniaux, rappelant que les chasseurs de trésors sont en action partout dans le monde.

SOURCE: Agence Haïtienne de Presse

Dominicains d’origine haïtienne dénationalisés: le Président Medina présente au parlement dominicain le projet de loi dit de naturalisation


(AHP) – Le président Danilo Medina a soumis mercredi  au Congrès dominicain un projet de loi  dit de naturalisaton, « établissant un régime spécifique pour les personnes nées dans le pays  mais  inscrites  illégalement  par l’État dominicain dans le registre  civil ».

« Le projet de loi deposé,  a été obtenu après un long processus de réflexions et de consultations qui a pris en compte l’apport de divers secteurs de la societé dominicaine », ont fait savoir des responsables cités par la presse dominicaine

Ils ont egalement souligné que cette initiative juridique répond à l’engagement du président de trouver une solution humanitaire , mesurée et responsable pour les personnes nées en République dominicaine , dont les parents sont d’origine étrangère,  mais  qui se trouvaient illégalement dans le pays.

Il s’agit en réalité de centaines de milliers de citoyens d’origine haïtienne  nés depuis 1929   sur le sol  diminicain qui ont participé a la vie sociale et politique dominicaine, et dont certains ont même pu  voter, notamment lors de la dernière presidentielle  qui a amené Danilo Medina au Pouvoir.

La constitution dominicaine amendée en 2010 reconnaissait le jus soli (droit du soli).  D’où la prise en compte du principe universellement reconnu, de la  non-rétroactivité des lois, selon lequel aucun droit acquis ne peut être remis en question.

C’est pourquoi le gouvernement haïtien avait  toujours dit s’attendre à une loi qui corrige  les injustices commises  à partir  d’une sentence de la cour constitutionnelle qui dénationalise des centaines de milliers  de Dominicains d’origine haïtienne.

Comment peut-on naturaliser quelqu’un qui a déjà la nationalité, avait déclaré en avril dernier  le chef de l’Etat haïtien, lors d’une intervention au siège de l’OEA à Washington.

On ne sait toutefois pas si les autorités haïtiennes campent aujourd’hui sur la même position. Elles avaient toutefois conditioné la tenue de la 3ème rencontre bilatérale de haut niveau qui devait se tenir à Jacmel, mais 4 fois renvoyée,  au dépot du projet de loi au parlement dominicain.

De nombreux pays et organisations ont exercé des pressions sur la Repblique dominicane pour qu’elle corrige la décision jugée raciste et xénophobe de la Cour constitutionnelle. Même si certains d’entre eux maintiennent la pression, mais elle  a considérablement baissé sur les Dominicains depuis le début du dialogue entre les deux pays  en janvier dernier.

SOURCE: Agence Haïtienne de Presse

France : « Nous voulons commémorer la mémoire des victimes de l’esclavage du «code noir» et non de celle de l’Abolition. » Brigade Anti Négrophobie


Street Télé Virtuelle

 NOUS VOULONS COMMEMORER LA MEMOIRE DES VICTIMES DE L’ESCLAVAGE DU «CODE NOIR » ET NON celle de l’Abolition.

BIENVENU AU « PAYS DES DROITS DE L’HOMME » (BLANC) ET DU « CODE NOIR » :

« Mes chers frères, n’oubliez jamais, quand vous entendrez vanter le progrès des lumières, que la plus belle des ruses du diable est de vous persuader qu’il n’existe pas! »

Le célèbre orateur avait raison :

La plus grande ruse du Pays des Droits de l’homme (blanc) et du «Code Noir» … c’est de vous persuader que les «hommes naissent libres et égaux ».

La plus grande ruse de la Négrophobie Légale, est de vous persuader qu’elle n’a jamais existé.

La plus grande ruse du racisme anti-noir est le … «racisme anti-blanc».

1789 : Déclaration des Droits de l’homme (blanc)

1848 : Abolition de l’esclavage des Africains dans les colonies Françaises. Cherchez l’erreur !

La Négrophobie…

View original post 870 mots de plus

Le présumé kidnappeur Woodley Etheart mis aux arrêts et incarcéré après s’être presenté au cabinet du juge d’instruction, Sonel Jean-François


(AHP) – Le présumé kidnapeur et trafiquant de drogue  Woodley Etheart, alias Sonson Lafamlia, a éte arrêté jeudi  dans l’enceinte du palais de justice à Port-au-Prince .

Après  des mois de cavale il s’est rendu ce jeudi à la justice en se présentant  en compagnie de son avocat, Me Claudy Gassant, au cabinet du  juge Sonel Jean François, le même juge qui est censé instruire le dossier de son épouse Marie Thaissa Mazile Ethéart qui avait été mise en dépot puis libérée de manière jugée illegale par un substitut commissaire du gouvernement.

Ce sont des agents de la direction centrale de la police judiciaire qui ont procédé a son arrestation avant de le conduire à la prison de haute sécurité de la Croix-des-Bouquets.

Sonson Lafamilia réputé proche du president Michel Martelly est accusé  entre autres  d’être le chef d’un gang de kidnappeurs dénommé Baz galil impliqué selon la police dans de nombreux enlèvements contre rancon dont celui de l’homme d’affaire Samy El Azi.

Il est également accusé de connivence dans d’autres  d’activités criminelles  et d’implication dans le blanchiment des avoirs.

La décision de Woodley Etheart de se rendre à la justice pourait être motivé surtout  par le besoin de se protéger, sa vie pouvant être en grave danger, notamment  après de fracassantes declarations qu’ils a faites recemment contre certaines hautes personnalités du pays qu’il a accusés d’avoir monté de toutes pièces des dossiers contre lui.

En effet, un autre présumé trafiquant de drogue du nom de Evinx Daniel, lui aussi réputé proche du chef de l’Etat, est porté disparu depuis debut janvier 2014, après avoir quitté son hotel de Plage à Port-Salut (sud) pour rentrer à Port-au-Prince. Certains de ses proches estiment qu’il etait une personnalité embarrassante

Pour revenir au dossier Lafamilia, le president du Sénat, Simon Dieusel Desras, avait dénoncé récemment des liens étroits qui existeraient entre lui et le president Martelly. Il avait même suggéré que le pésumé chef de gang pourrait avoir trouvé refuge  » dans un des appartements du chef de l’Etat. Ce qu’avait rejeté le porte-parole du premier ministre.

Il avait egalement indiquee que  Sonson La Familia aurait personnellement participé au choix de plusieurs des agents intérimaires de l’Exécutif, dont ceux en charge de la Mairie de Saut d’Eauans le plateau central.

Ces accusations avaient été vigoureusement rejetées par le porte-parole du premier ministre, Me Michel Brunache.

SOURCE: Agence Haïtienne de Presse

5 très bonnes raisons de dormir nu


Par GINGKO

Qelles sont vos habitudes vestimentaires pour dormir la nuit ? En culotte ou en caleçon ? En nuisette ou en jogging ? Et si ce simple rituel était nuisible à notre santé ? Même s’il est difficile de rejoindre les bras de Morphée en frissonnant, se mettre au lit entièrement nu aurait bien plus de vertus que l’on ne pourrait l’imaginer.

Sommaire
les vêtements que nous portons la nuit empêchent une bonne circulation du (…)
Le mécanisme du sommeil fait que notre température chute lorsque nous nous endormons, (…)
Lorsque vous portez des sous-vêtements, la chaleur produite va faciliter la (…)
Avoir froid s’avère être efficace lorsque l’on souhaite perdre un peu de (…)
En cherchant à se réchauffer, notre corps va produire de l’énergie et brûler des (…)
De plus c’est juste avant le sommeil que vont se libérer les hormones favorisant la (…)
Voici donc 5 avantages à dormir en tenue d’Adam :

1. Avoir plus chaud :

Sachant que la température idéale d’une chambre est de 16 °c pour une qualité de sommeil optimale, nous avons tort de cumuler les couettes en plus du port du pyjama. Ceci pour une simple raison :

les vêtements que nous portons la nuit empêchent une bonne circulation du sang

et limitent la chaleur que pourrait dégager notre corps.

Ce qu’il faut bien distinguer, c’est la différence entre la température de notre corps et la sensation de chaleur.

Le mécanisme du sommeil fait que notre température chute lorsque nous nous endormons, et remonte peu à peu avant le réveil.

De ce fait il faut favoriser le refroidissement de notre corps le soir, nous le faisons d’ailleurs instinctivement en préférant poser notre tête sur un oreiller tout frais.

2. Lutter contre les infections :

En dormant habillé, on ne permet pas aux zones humides du corps d’être correctement aérées, notamment les parties intimes.

Lorsque vous portez des sous-vêtements, la chaleur produite va faciliter la reproduction des bactéries.

Une raison de plus d’aller au lit sans rien pour vous couvrir les fesses.

3. Maigrir :

Avoir froid s’avère être efficace lorsque l’on souhaite perdre un peu de poids.

En cherchant à se réchauffer, notre corps va produire de l’énergie et brûler des calories.

De plus c’est juste avant le sommeil que vont se libérer les hormones favorisant la réparation des cellules de l’épiderme, des cellules osseuses et de la perte de poids.

Dormir dans le plus simple appareil devrait donc vous rendre plus svelte.

4. Rester jeune :

Les hormones qui permettent de freiner le vieillissement de la peau sont la mélanine et l’hormone de croissance. En dormant nu, vous permettez à votre corps refroidi de libérer ces hormones. De plus, celles des femmes se régénèrent constamment, mais fonctionnent mieux lorsque le corps est à basse température.

5. Garder une sexualité active :

C’est logique, se retrouver peau contre peau avec sa moitié ne peut que favoriser l’envie d’un câlin. En bonus, les hormones qui vont alors se libérer vont permettre de réduire efficacement les sautes d’humeur.

[AMESSI>http://www.amessi.org%5D

Un autre krach de l’économie mondiale est en préparation


Par Nick Beams

Près de six ans après l’éruption de la crise financière mondiale, il est clair, même pour ceux qui ont l’habitude de vanter les merveilles du «libre marché», qu’il y a quelque chose qui ne tourne vraiment pas rond avec le fonctionnement de l’économie capitaliste.
Un article récent du Wall Street Journal, intitulé «La faible reprise économique s’avère résiliente», est typique du genre de commentaires de plus en plus fréquents sur l’économie américaine dans la presse financière.
Il commence en indiquant que: «La sortie de récession a été dure et longue. Cette reprise est aussi en train d’émerger comme l’une des plus durables.»
Selon le Bureau national sur les recherches économiques, qui établit le début et la fin des récessions aux États-Unis, l’économie américaine a repris son expansion en juin 2009, après le krach financier de septembre 2008. Cela veut dire que la «reprise», qui dure depuis déjà 58 mois, devrait dépasser la durée moyenne des phases d’expansion dans la période d’après-guerre.
Cependant, comme l’article le montre, cette «reprise» ressemble très peu aux phases précédentes. «[A]près plus de 5 ans, la reprise s’avère être l’une des plus mornes de l’époque moderne. Le taux de chômage au pays, qui est de 6,7 pour cent, est le plus haut pourcentage à ce stade comparé aux phases d’expansion précédentes. Le produit intérieur brut a crû de 1,8 pour cent par année en moyenne depuis la récession, soit la moitié des trois phases d’expansion précédentes.»
Après avoir enquêté pour trouver des causes possibles à cette situation—des effets immédiats de la crise financière jusqu’à l’émergence de «stagnation séculaire»—tout ce que l’auteur est capable de conclure est que, peu importe la raison, la situation économique actuelle est loin d’être une «récession typique».
Il n’est pas le seul à ne pas être capable d’apporter une explication à ce qui est clairement une dépression économique plutôt qu’un flux conjoncturel. Aucun chercheur économique ou commentateur financier bourgeois n’a pu faire mieux.
Pour expliquer la situation économique actuelle, certains invoquent la cupidité des spéculateurs financiers et leurs actions, d’autres blâment le manque de régulation. D’autres encore, comme le commentateur libéral du New York Times, Thomas Friedman, déplorent les politiques incorrectes du gouvernement et des autorités financières.
Ce que ces approches ont en commun est qu’elles cherchent les causes dans des facteurs externes au fonctionnement de l’économie capitaliste. En d’autres termes, la crise n’est pas générée par le capitalisme lui-même. Plutôt, elle serait quelque chose dont le capitalisme est victime. Dans une récession «typique», le capitalisme attrape la grippe et, dans une situation plus grave comme la situation actuelle, il attrape le cancer.
Cette approche n’est pas le fruit de manquements individuels et intellectuels, mais provient d’une orientation de classe et perspective historique bien définies. Ces tendances ont un fondement commun, peu importe qu’elles proviennent de la «droite», qui prétend que la crise est le résultat d’une politique monétaire incorrecte et qu’une purge de l’économie est nécessaire pour établir une nouvelle base, ou de la «gauche», qui prétend que l’abandon des politiques keynésiennes de croissance basées sur l’intervention du gouvernement est le principal facteur de la crise.
Ils soutiennent que le capitalisme n’est pas un mode de production qui s’est développé historiquement, mais plutôt la seule forme viable d’organisation socioéconomique. Dans la mesure où ils considèrent l’histoire, c’est seulement pour prouver les limites des anciennes formes de production économique. Leur conclusion est que le capitalisme est l’ordre économique auquel a toujours aspiré l’humanité, vu les caractéristiques inhérentes de l’homme qui ne peuvent s’exprimer qu’à travers le libre marché.
Par conséquent, les crises ne sont pas l’expression du caractère historiquement limité du capitalisme – le signe le plus sûr permettant de conclure qu’il doit être renversé et remplacé par une forme plus avancée d’organisation socioéconomique – mais la conséquence de «facteurs» externes et de politiques erronées. Un remède doit être trouvé afin de s’assurer que, à nouveau, tout soit pour le mieux dans le meilleur des mondes.
Le marxisme a une perspective fondamentalement opposée. Il se base sur la compréhension qu’une crise ou un effondrement économique ne se développe pas en dehors du système capitaliste, mais trouve sa source dans les contradictions essentielles du capitalisme.
Les apologistes et les défenseurs du capitalisme nient l’existence de ces contradictions fondamentales. Mais, comme Marx l’a expliqué: «Les crises existent parce que ces contradictions existent… Le désir de se convaincre de l’inexistence de ces contradictions est en même temps l’expression d’un vœux pieux que ces contradictions, qui sont vraiment présentes, ne devraient pas exister.»
Les contradictions du capitalisme, qui révèlent son caractère historiquement limité, prennent deux formes principales: la contradiction entre le caractère mondial de la production et le système des États-nations qui divise le monde; et celle entre le développement de la productivité du travail, basé sur la production socialisée, et la propriété privée des moyens de production qui forme la base de l’appropriation de la richesse via le système de profit.
La première contradiction se manifeste dans les conflits entre les États-nations et les grandes puissances rivales pour la domination de l’économie mondiale, ce qui mène en fin de compte à la guerre; la deuxième dans l’effondrement économique, caractérisé avant tout par le développement du chômage et de la misère sociale au beau milieu de la production d’une vaste richesse.
Pendant longtemps – du moins si on prend la durée de vie d’une personne comme point de référence – il peut sembler que ces contradictions peuvent être étouffées ou même résolues. Cependant, la situation économique mondiale et géopolitique montre clairement qu’elles sont en train de refaire surface, comme elles l’ont fait dans la première moitié du dernier siècle, avec pour conséquence la dépression, le fascisme et la guerre.
La situation en Ukraine, attisée par les États-Unis et les autres puissances impérialistes dans leur tentative de démembrer la Russie, ainsi que les tensions en Orient, générées par le «tournant» anti-Chine du gouvernement Obama en Asie, témoignent du danger toujours plus grave de la guerre.
Une série de processus économiques indique que, loin d’avoir été résolue, la crise qui a débuté avec la débâcle financière mondiale de 2008, s’intensifie.
La politique centrale de la Réserve fédérale américaine (Fed), la plus importante banque centrale dans le monde, est de garder les taux d’intérêt à zéro ou quasi zéro, tout en offrant aux banques et aux institutions financières des centaines de milliards de dollars de crédit à très bon marché.
Cela a mené à une situation où les marchés boursiers ont atteint des records. Dans ce qui était considéré comme des conditions «normales», une telle expansion de la bourse indiquerait une expansion économique prospère. Mais, la politique de taux d’intérêt de la Fed et son programme d’ «assouplissements quantitatifs» sont des symptômes de la crise.
De plus, la forte expansion de la bourse arrive au même moment où le développement de l’économie réelle est de plus en plus difficile. Celle-ci est caractérisée par un chômage élevé, des niveaux historiquement bas d’investissements et l’apparition d’une spirale déflationniste.
La semaine dernière, la Suède est devenue le premier pays du nord de l’Europe à glisser dans la déflation. Les prix ont diminué de 0,4 pour cent en mars comparé à l’année précédente. Il y a maintenant huit pays de l’Union européenne qui font face à une déflation sérieuse et d’autres suivront. Les Pays-Bas, un pays qui est souvent présenté comme l’un des plus riches de l’Union européenne, ont un taux d’inflation de seulement 0,1 pour cent. Cela menace de déclencher une série de problèmes financiers dans des conditions où, particulièrement dans le marché de l’immobilier, les niveaux d’endettement des ménages néerlandais avoisinent les 250 pour cent du revenu disponible.
Aux États-Unis, où le commerce est de plus en plus dépendant de fonds empruntés, il y a de plus en plus de signes d’un autre krach boursier. Ce krach pourrait avoir des conséquences encore plus graves qu’en 2008.
En avril, il a été révélé que les comptes sur marge, fournis par les firmes de courtage à leurs clients pour faire des transactions sur les marchés, ont grimpé près du niveau atteint en 1999-2000, tout juste avant l’éclatement de la bulle technologique, et de celui atteint en 2007, à la veille de la crise financière mondiale. La dépendance accrue envers les comptes sur marge peut déclencher une spirale vers le bas si les marchés commencent à dégringoler. Les créanciers doivent rappeler leurs «marges» sur leurs prêts si la valeur des actions en bourse baisse de manière importante et cela force les créanciers à trouver des liquidités. S’ils ne l’ont pas, ils doivent vendre les actions qu’ils ont achetées et cela peut potentiellement causer une autre dégringolade du marché et de nouveaux rappels de marges.
Les conditions sont en train d’être créées pour qu’une telle situation se produise. Comme le chroniqueur du Financial Times, James Mackintosh, l’a noté récemment, «une quantité non négligeable d’actions du S&P 500 ont des valeurs qui reposent sur la croyance dans un conte de fées financier».
Dans un article intitulé «Le glas sonne pour une catastrophe dans les comptes sur marge», le correspondant nord-américain du site web australien Business Spectator, a noté récemment qu’il n’y pas eu de «moment dans l’histoire où les marchés ont atteint des sommets tandis que les banques centrales agissaient comme si une crise majeure était à nos portes».
«Avant la crise financière de 2008, un taux des fonds fédéraux de 0-0,25 était inconnu», a-t-il noté. «Penser que les États-Unis sont encore là après cinq ans tandis que le S&P 500 et le Dow atteignent de nouveaux sommets et que les niveaux d’endettement des entreprises et des comptes sur marge bondissent vers de nouveaux pics, c’est hallucinant.»
La poussée vers la guerre, accompagnée des conditions pour un autre krach économique – les deux ayant des conséquences incalculables pour la classe ouvrière internationale – montrent la crise historique du système capitaliste et la nécessité de son renversement.
Le grand rassemblement international en ligne organisé par le Comité international de la Quatrième internationale le 4 mai a fourni une occasion unique aux travailleurs et aux jeunes de partout dans le monde d’élaborer activement cette perspective.

SOURCE:  http://www.wsws.org

Haïti et le mot de Cambronne (1e partie)


La situation sociopolitique au pays de Dessalines est tellement dégueulasse qu’on est tenté parfois de jeter l’éponge avec rage et qu’on est forcé de lancer avec dégoût le mot de Cambronne. Oui, le mot de Cambronne : MERDE. Car Haïti patauge dans la MERDE. Non, soyons plus précis : Haïti se trouve jusqu’au cou dans la MERDE. D’aucuns (ceux qui ont les oreilles et les yeux trop chastes) diront que le mot est trop fort encore moins anathème. Alors on leur dira (comme ils n’auront jamais la chance d’aller fouiner dans les archives des architectes, des seigneurs du Nouvel Ordre Mondial pour découvrir le titre de leur agenda pour Haïti) de regarder partout dans le pays, tout en réprimant tout sentimentalisme, ils verront s’écrire en lettres géantes : QUE HAITI SE NOIE DANS LA MERDE ! QUE HATITI PÉRISSE DANS LA MERDE ! QUE HAITI FINISSE DANS LA MERDE !

Depuis sa naissance, la malheureuse Haïti ne connait que des monstres à visage humain comme dirigeants, mis à part quelques rares exceptions, qui ne font qu’avilir la nation et abêtir ses fils. Cela ne s’appelle-t-il MERDE ?

L’instabilité en permanence qui étreint Haïti et empêche son harmonisation, que les tenants du Nouvel Ordre Mondial, les aristocrates de la peau, les éternels vautours et leurs affidés imposent au pays, ne s’appelle-t-elle pas MERDE ?

Les catastrophes naturelles et voulues que ne cesse de confronter le pays qui le rendent plus vulnérable, sa situation plus précoce et son lendemain plus incertain, ne s’appellent-elles pas MERDE ?

Oui, Haïti se noie dans la MERDE. Haïti est entrain de périr dans la MERDE. Haïti est en passe de finir dans la MERDE.

Si Haïti n’était pas dans la MERDE, ses élites ne se seraient pas faites les complices des étrangers pour la remettre dans les chaines du néocolonialisme, et ceci, sous le fallacieux prétexte que les haïtiens ne peuvent pas se gouverner eux-mêmes, parce qu’ils manquent un chromosome les empêchant de vivre dans la paix et en harmonie.

Si Haïti n’était pas dans la MERDE, elle n’aurait pas ces élites répugnantes (disgusting, repugnant elite), rétrogrades et prostituées qui ne possèdent pas même un atome de nationalisme et de bon sens dans leurs entrailles ; des élites qui ont préféré dépenser plus de 40 millions de dollars dans un coup d’État, au lieu d’investir une seule gourde pour développer ce qu’elles appellent hypocritement leur pays ; des élites qui ne manifestent aucun gêne pour brasser des affaires et gagner leurs richesses dans la boue nauséabonde et parmi des montagnes d’immondices pestilentielles.

Si Haïti n’était pas dans la MERDE, jamais, au grand jamais un personnage aussi grossier et immoral qui s’appelle Joseph Michel Martelly n’aurait accédé à la magistrature suprême du pays (dans des circonstances magouillantes concoctées par l’occupant) et ne serait, pour tout l’or du monde, accepté par la population et des élites qui se devaient responsables et éclairées.

Si Haïti n’était pas dans la MERDE, jamais, au grand jamais son président, c’est-à-dire le premier citoyen du pays, qui devait être au-dessus de tout soupçon, ne se serait ouvertement fait, au mépris de ses concitoyens, de la morale et de la justice, le complice, l’associé, le défenseur et le protecteur des ravisseurs, des trafiquants de stupéfiants et d’autres criminels endurcis dont les habits sont imbibés du sang des innocents.

Si Haïti ne se noyait pas dans la MERDE, ses dirigeants seraient des citoyens verticaux et fiers ; ils ne seraient pas des invertébrés corrompus, mis à part quelques exceptions, qui offrent des spectacles pitoyables et nauséeux, en faisant toute la sainte journée des génuflexions devant les ennemis jurés et les oppresseurs de la nation pour l’argent, le pouvoir et un visa.

Si Haïti n’était pas dans la MERDE, jamais, au grand jamais ses dirigeants n’auraient bêtement déclaré – incroyable mais vrai ! – qu’ils ont signé AVEUGLÉMENT des documents qui engagent la nation.

Si Haïti n’était pas dans la MERDE, jamais, au grand jamais un dirigeant ne se serait agenouillé – en public ou en privé – aux pieds d’un autre dirigeant pour lui prêter le serment d’allégeance. Quel spectacle ! Quelle honte ! Quelle pitié ! Quelle MERDE !

Si Haïti n’était pas dans la MERDE, en matière de développement elle aurait dépassé de mille coudées bien d’autres petits pays à travers le globe et particulièrement ceux de l’Amérique que nos ancêtres ont aidés à se libérer des chaines du colonialisme et de l’esclavage.

Ah, le joli chapeau MERDE de Cambronne  sur la tête d’Haïti !

Morisseau Lazarre

ALERTE INFO. L’économie de la Chine va dépasser celle des États-Unis cette… année


Allain Jules

chine1Les États-Unis sont sur ​​le point de perdre leur statut de plus grande économie du monde. Des prédictions qui arrivent plus vite que prévu, selon les principaux organismes statistiques au monde. Les États-Unis qui ont été le chef de file mondial depuis le moment qu’ils ont surpassé le Royaume-Uni en 1872, ont des soucis à se faire. La plupart des économistes pensaient auparavant que la Chine allait le faire vers les années 2019, mais pas avant 2015.

View original post 233 mots de plus

La cote de popularité d’Obama à son plus bas niveau


La cote de popularité d'Obama à son plus bas niveau
© Photo: East News/AP Photo/Charles Dharapak
Par La Voix de la Russie | La cote de popularité de Barack Obama a chuté aux Etats-Unis à son plus bas niveau. Selon les résultats du sondage d’opinion réalisé par le journal Washington Post et la chaîne de télévision ABC News, seuls 41 % des Américains soutiennent les activités de M. Obama au poste de président.

C’est le sondage le plus mauvais pour M. Obama depuis les cinq ans de sa présidence. En prévision des législatives de novembre prochain, un tel résultat constitue un signal alarmant pour les démocrates.
Parmi les insuccès de la politique extérieure des Etats-Unis, des experts mentionnent l’échec de la diplomatie américaine en Syrie, l’ingérence dans la crise en Ukraine et la récente infructueuse tournée de M. Obama dans les pays d’Asie.
Les républicains qualifient la politique étrangère actuelle des Etats-Unis de la pire de toute l’histoire du pays.

SOURCE: french.ruvr.ru

Navigation des articles