moycorner

UN SITE POUR DESSILLER LES YEUX

Haïti et le mot de Cambronne (1e partie)


La situation sociopolitique au pays de Dessalines est tellement dégueulasse qu’on est tenté parfois de jeter l’éponge avec rage et qu’on est forcé de lancer avec dégoût le mot de Cambronne. Oui, le mot de Cambronne : MERDE. Car Haïti patauge dans la MERDE. Non, soyons plus précis : Haïti se trouve jusqu’au cou dans la MERDE. D’aucuns (ceux qui ont les oreilles et les yeux trop chastes) diront que le mot est trop fort encore moins anathème. Alors on leur dira (comme ils n’auront jamais la chance d’aller fouiner dans les archives des architectes, des seigneurs du Nouvel Ordre Mondial pour découvrir le titre de leur agenda pour Haïti) de regarder partout dans le pays, tout en réprimant tout sentimentalisme, ils verront s’écrire en lettres géantes : QUE HAITI SE NOIE DANS LA MERDE ! QUE HATITI PÉRISSE DANS LA MERDE ! QUE HAITI FINISSE DANS LA MERDE !

Depuis sa naissance, la malheureuse Haïti ne connait que des monstres à visage humain comme dirigeants, mis à part quelques rares exceptions, qui ne font qu’avilir la nation et abêtir ses fils. Cela ne s’appelle-t-il MERDE ?

L’instabilité en permanence qui étreint Haïti et empêche son harmonisation, que les tenants du Nouvel Ordre Mondial, les aristocrates de la peau, les éternels vautours et leurs affidés imposent au pays, ne s’appelle-t-elle pas MERDE ?

Les catastrophes naturelles et voulues que ne cesse de confronter le pays qui le rendent plus vulnérable, sa situation plus précoce et son lendemain plus incertain, ne s’appellent-elles pas MERDE ?

Oui, Haïti se noie dans la MERDE. Haïti est entrain de périr dans la MERDE. Haïti est en passe de finir dans la MERDE.

Si Haïti n’était pas dans la MERDE, ses élites ne se seraient pas faites les complices des étrangers pour la remettre dans les chaines du néocolonialisme, et ceci, sous le fallacieux prétexte que les haïtiens ne peuvent pas se gouverner eux-mêmes, parce qu’ils manquent un chromosome les empêchant de vivre dans la paix et en harmonie.

Si Haïti n’était pas dans la MERDE, elle n’aurait pas ces élites répugnantes (disgusting, repugnant elite), rétrogrades et prostituées qui ne possèdent pas même un atome de nationalisme et de bon sens dans leurs entrailles ; des élites qui ont préféré dépenser plus de 40 millions de dollars dans un coup d’État, au lieu d’investir une seule gourde pour développer ce qu’elles appellent hypocritement leur pays ; des élites qui ne manifestent aucun gêne pour brasser des affaires et gagner leurs richesses dans la boue nauséabonde et parmi des montagnes d’immondices pestilentielles.

Si Haïti n’était pas dans la MERDE, jamais, au grand jamais un personnage aussi grossier et immoral qui s’appelle Joseph Michel Martelly n’aurait accédé à la magistrature suprême du pays (dans des circonstances magouillantes concoctées par l’occupant) et ne serait, pour tout l’or du monde, accepté par la population et des élites qui se devaient responsables et éclairées.

Si Haïti n’était pas dans la MERDE, jamais, au grand jamais son président, c’est-à-dire le premier citoyen du pays, qui devait être au-dessus de tout soupçon, ne se serait ouvertement fait, au mépris de ses concitoyens, de la morale et de la justice, le complice, l’associé, le défenseur et le protecteur des ravisseurs, des trafiquants de stupéfiants et d’autres criminels endurcis dont les habits sont imbibés du sang des innocents.

Si Haïti ne se noyait pas dans la MERDE, ses dirigeants seraient des citoyens verticaux et fiers ; ils ne seraient pas des invertébrés corrompus, mis à part quelques exceptions, qui offrent des spectacles pitoyables et nauséeux, en faisant toute la sainte journée des génuflexions devant les ennemis jurés et les oppresseurs de la nation pour l’argent, le pouvoir et un visa.

Si Haïti n’était pas dans la MERDE, jamais, au grand jamais ses dirigeants n’auraient bêtement déclaré – incroyable mais vrai ! – qu’ils ont signé AVEUGLÉMENT des documents qui engagent la nation.

Si Haïti n’était pas dans la MERDE, jamais, au grand jamais un dirigeant ne se serait agenouillé – en public ou en privé – aux pieds d’un autre dirigeant pour lui prêter le serment d’allégeance. Quel spectacle ! Quelle honte ! Quelle pitié ! Quelle MERDE !

Si Haïti n’était pas dans la MERDE, en matière de développement elle aurait dépassé de mille coudées bien d’autres petits pays à travers le globe et particulièrement ceux de l’Amérique que nos ancêtres ont aidés à se libérer des chaines du colonialisme et de l’esclavage.

Ah, le joli chapeau MERDE de Cambronne  sur la tête d’Haïti !

Morisseau Lazarre

Publicités

Navigation dans un article

Une réflexion sur “Haïti et le mot de Cambronne (1e partie)

  1. Le , Retour509 a dit:

    Du courage , de l’audace je crois qu’on peut faire surgir les idées meme parfois chachées,je te felicite pour ton culot, espérant que vos electeurs comprennent la force de des idées.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :