moycorner

UN SITE POUR DESSILLER LES YEUX

Le coup d’Etat du 30 septembre, le parrain de toutes les dérives qui paralysent le pays, 22 ans après


Haiti commémore une  des  dates  les plus fatidiques de son histoire ce lundi 30 septembre  2013. C’est en effet, le 22ème anniversaire du coup d’Etat sanglant contre le président Jean Bertrand  Aristide, le premier  chef d’Etat haïtien  élu de façon libre et démocratique  de toute l’histoire du pays.

Ce qui fait que le  putsch militaire du 30 septembre 1991, allant au-delà d’un coup d’Etat contre un président elu , 7 mois après son arrivée au pouvoir,  est un coup sanglant contre la démocratie et l’avenir d’une nation qui  avançait lentement  sur les rails du changement.

En effet, pour de nombreux secteurs, le coup d’Etat du  30 septembre 1991 a ouvert la voie  à toutes les dérives anti-démocratiques qui paralysent aujourd’hui encore le pays et l’empêchent d’avancer sur le chemin du développement.

Ce coup a freiné l’élan  de faire les choses   autrement, qui venait de naitre dans  le coeur des Haïtiens et a noyé la volonté de divorcer d’avec les pratiques rétrogrades.

Le 30 septembre qui a anéanti le pays sur les plans politique, social et economique,  a fait que certains  se sont remis à croire et a se persuader   qu’on n’a  pas besoin d’emprunter la voie royale des élections pour arriver au pouvoir et que des secteurs pouvaient facilement transformer avec leurs armes et le mensonge,  une victoire aux urnes, en défaite.

Le 30 septembre est la source de  toutes les instabilités et de tous les actes de banalisation de la constitution et des institutons démocratiques. Car  nombreux étaient les adversaires du droit et de la légalité qui s’étaient résolus à se conformer  aux exigences de la constitution.

En effet, malgré  les  abus  et violations commises contre la loi mère par tous les gouvernements qui se sont succedé, on n’est jamais allé aussi loin  qu’aujourd’hui, dans  les actes de  banalisation des institutions démocratiques et de la constitution, sous les yeux indiferents de secteurs importants de la communauté internationale et de la MINUSTAH dont ont dit qu’elle est ici pour renforcer la démocratie et veiller au respect des droits de l’homme.

Mais, tout ce qui paraissait impensable, est aujourd’hui possible grâce au coup d’Etat du 30 septembre1991 et aussi grâce aux parlementaires de la 49 è legislature que d’aucuns considèrent comme les pires de l’histoire démocratique du pays, ces parlementaires accusés de n’avoir rien à  envier  à la génération  Zuzu et autre Josué Lafrance, en fait de magouilles.

En fait de banalisation des institutions démocratiques,  nous avons un exemple très actuel,  celui du mandat du 2ème tiers du  sénat.  Elus pour 6 ans, leur mandat doit constitutionnellement prendre fin en 2015. Cependant, les autorités avec l’appui d’un nombre important de parlemenaires s’accrochent davantage à une loi qui a été adoptée en 2008 pour écourter leur mandat. Comme si cette loi pouvait permettre de pepétuer une aussi grave violation de la consitution.

‘De quel pouvoir discrétionnaire dispose un pouvoir pour prétendre pouvoir  disqualifier à l’avance un autre pouvoir? Et quel pouvoir peut prétendre disposer de  ressources suffisantes pour diriger seul le pays », s’interroge la conférence épiscopale d’Haïti dans son dernier message

Mais les parlementaires  dits collabo n’y voient aucun poblème. Ils sont en train de creuser leur propre trou, mais ne voient  que les profits immédiats.

Le coup d’Etat du 30 septembre est aussi la référence de ceux qui veulent imposer un budget national non voté dans les memes termes par les deux chambres du parlement. Ce putsch, 22 ans après, permet à un ministre d’annoncer haut et fort son intention de doter le pays d’un budget sans une loi des finances.

Le budget  est  pourtant une des lois les plus importantes d’un pays. De fait, quant le président convoque la chambre à l’extraordinaite pour le vote de la loi des financs, l’objet de la convocation ne peut concerner que le  budget.

Mais un ministre, plutôt un gouvernement, décide de faire autrement, se basant aussi sur le fait que de  nombreuses dépenses ont eté faites dans le passé comme dans le présent, hors budget, sous les yeux passifs de la Cour des comptes dont des membres sont souvent plus préoccupés par leur reconduction que par autre chose.

De nombreux secteurs estiment que tout le train de dérapages constatés aujourd’hui sont rendus possibles par l’aliénation de la plupart des parlementaires qui ont renié leur statut de députés et de sénateurs pour se mettre au service, au détriment de leur propre institution:  à genoux, ils n’ont plus aucune personnalité pour relever la tête, en raison de pots de vin et autres avantages reçus pour voter une loi ou en bloquer une autre.

Les partis politiques et leurs leaders ne sont pas exempts de tous reproches pour leur absence de solidarité, pour leur hypocrisie et pour n’avoir pas toujours su dire non aux coups d’Etat, porteurs de plus grands fléaux que le mal qu’il ont cru voir venir.

L’opposition clame son unité aujourd’hui et dit parler le même language « face aux menaces contre la démocratie », mais qu’adviendrait-il, si un changement devait survenir aujourd’hui?. Qui peut donner l’assurance que les vieilles rivalités pour le pouvoir, que les coups bas et l’hypocrisie ne reprendraient pas aussitôt leurs droits.

Comme des rats qui se cherchent un roi, ou comme le héron de la fable, dans ce pays, on ne sait pas toujours ce qu’on veut.

Mais quelles frustrations tellement profondes pourraient empêcher ceux dont on dit qu’ils se ressemblent, de  vraiment s’assembler pour faire route ensemble?

SOURCE: Agence Haïtienne de Presse

Publicités

Navigation dans un article

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :