moycorner

UN SITE POUR DESSILLER LES YEUX

PARLEMENTAIRES POUR LE RENFORCEMENT INSTITUTIONNEL (PRI) : LETTRE OUVERTE A LA NATION


Port-au-Prince, le 24 juin 2013
PARLEMENTAIRES POUR LE RENFORCEMENT INSTITUTIONNEL (PRI)
LETTRE OUVERTE A LA NATION
Peuple haïtien,

Il est dans l’histoire des peuples de moments marqués à l’encre écarlate du sublime et d’autres cochés de la balafre méprisante du déshonneur. Comme il survient dans la chronique des régimes politiques des heures d’exaltation délirante et des jours de sombre déchéance.

La Nation haïtienne – et le monde entier par la magie de l’audio-visuel – viennent d’assister, le 14 mai 2013, à une effroyable imposture qui a rassemblé sur une estrade en plein air des thuriféraires législatifs défilant devant le pupitre de l’Exécutif comme devant une arche d’alliance de la désinvolture et du reniement de soi.

Quel patriote n’a pas ressenti la morsure lancinante de la honte à l’audition de certains élus du peuple bavant d’admiration et prodigues de louanges indues à l’endroit du Président avec qui ils partagent pourtant l’exercice de la souveraineté populaire ! Quel électeur jaloux de sa dignité et de son orgueil n’a pas rougi au spectacle de ce prosélyte se prosternant devant le fondateur de la religion nouvelle bâtie sur la démagogie, la manipulation de la crédulité des masses, la fatuité et le mensonge !

Le groupe PRI se sent profondément humilié devant cette démonstration scandaleuse de flagornerie publique des collègues qui se sont volontairement embauchés à la propagande d’un Pouvoir qui ne cache pas sa volonté de vassaliser le Parlement au profit d’une oligarchie engagée allègrement dans un détournement effréné des ressources de l’État et une ponction étourdie du sang du peuple.

Le groupe PRI ne se lasse pas d’agiter la sonnette d’alarme pour attirer l’attention sur les dérives et les dommages qui menacent la bonne santé du pays et de la République. II ne se lasse pas de rappeler aux Parlementaires que les projets exécutés dans leur département ou leur circonscription ne sont inscrits au budget que grâce à leur choix et à leur vote souverain. En aucun cas, cette enveloppe communale ne doit être perçue comme une obole du prince, ni constituer une monnaie d’échange ou la rançon de la trahison ou la facture d’une allégeance politicienne.

La République démocratique, qui s’instaure patiemment et douloureusement au pays de tous les arbitraires, est le haut lieu de l’équilibre des Pouvoirs, un équilibre fondé sur les principes immuables et inviolables de la séparation et de l’indépendance des Pouvoirs. Pas de délégation, ni d’abdication, ni de démission. C’est par le contrôle parlementaire que « le pouvoir arrête le pouvoir », que le Législatif peut bloquer les débordements de l’Exécutif enclin depuis quelque temps aux dépenses somptuaires au mépris de l’abyssale misère du peuple.

Le peuple souffrant peut-il espérer obtenir un contrôle rigoureux de la part de Parlementaires à ce point redevables envers le gouvernement qu’ils se sont avilis à en dresser un bilan flatteur, à le remercier d’avoir condescendu à leur accorder des faveurs particulières et même à s’agenouiller devant son autel pour recevoir sa bénédiction et une eucharistie de la connivence ou de la complicité ?

Il est encore temps pour nos honorables collègues de se ressaisir. Il est souhaitable, certes, en régime semi-parlementariste, que le gouvernement dispose d’une majorité pour supporter son programme et son agenda législatif. Mais il incombe impérieusement à cette majorité de cheminer dans cette alliance l’échine droite et la tête altière et, au besoin, de rappeler ses partenaires au respect de l’ordre républicain, chaque fois que ces derniers seraient tentés d’apprivoiser ou de domestiquer le Corps législatif par les fulminations grincheuses de l’intimidation ou par les flamboiements séduisants et perfides de la corruption.

En toutes circonstances, le Parlementaire se doit de rester digne et fier de son statut et fermement attaché à la défense des intérêts supérieurs de ses mandants et de la nation. En aucun cas, il ne doit renoncer à ses attributions au profit d’un autre pouvoir ; en aucun cas, il ne doit se ravaler à la propagande d’un Exécutif qui pratique l’autocratie dans toute sa splendeur, qui privilégie la théâtralité et la dimension ludique du pouvoir et qui refuse obstinément de se soumettre au contrôle parlementaire.

Le groupe PRI lance aujourd’hui un appel pathétique pour un sursaut de la conscience parlementaire et républicaine. Il espère que la barre de ce laisser-aller morbide sera redressée d’un côté comme de l’autre, en vue de reconquérir l’image de dignité du parlement haïtien et de recouvrer l’appréciation de ceux qui nous ont fait l’honneur de les représenter.

Que l’Éternel Dieu nous guide dans la bonne voie !

Sadrac Dieudonné Député Président
Clément Dupner Député Porte-parole

Publicités

Navigation dans un article

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :