moycorner

UN SITE POUR DESSILLER LES YEUX

Archives mensuelles de “mai, 2013”

Le monde en 2030


Ignacio RAMONET
TOUS les quatre ans, au début de chaque nouveau mandat présidentiel aux États-Unis, le National Intelligence Council (NIC), bureau d’analyse et d’anticipation géopolitique et économique de la Central Intelligence Agency (CIA), publie un rapport qui devient automatiquement une référence majeure pour toutes les chancelleries du monde. Bien qu’il s’agisse, évidemment, d’une vision très partielle (celle de Washington), élaborée par une agence (la CIA) dont la mission principale est de défendre les intérêts des États-Unis, le rapport stratégique du NIC présente un intérêt indiscutable : il résulte d’une mise en commun – révisée par toutes les agences d’intelligence américaines – d’études élaborées par des experts indépendants de plusieurs universités et de nombreux pays (Europe, Chine, Inde, Afrique, Amérique Latine, monde arabo-musulman, etc.).Le document confidentiel que le président Barack Obama a trouvé sur son bureau de la Maison Blanche le 21 janvier dernier lorsqu’il a entamé son second mandat vient de paraître sous le titre Global Trends 2030. Alternative Worlds (Tendances mondiales 2030 : nouveaux mondes possibles) [1]. Que nous dit-il ?

Le constat principal est : le déclin de l’Occident. Pour la première fois depuis le XVe siècle, les pays occidentaux perdent du pouvoir face à la montée des nouvelles puissances émergentes. Commence la phase finale d’un cycle de cinq siècles de domination occidentale du monde. Même si les États-Unis demeureront l’une des principales puissances planétaires, ils perdront leur hégémonie économique en faveur de la Chine. Ils n’exerceront plus leur « hégémonie militaire solitaire » comme ils le font depuis la fin de la guerre froide (en 1989). Nous allons vers un monde multipolaire dans lequel les nouveaux acteurs (la Chine, l’Inde, le Brésil, la Russie, l’Afrique du Sud) ont vocation à constituer de solides pôles régionaux et à disputer la suprématie internationale à Washington et à ses alliés historiques (Royaume Uni, France, Allemagne, Japon). Pour avoir une idée de l’importance et de la rapidité du déclassement occidental qui s’annonce, il suffit de souligner ces chiffres : la part des pays occidentaux dans l’économie mondiale passera de 56% aujourd’hui à 25% en 2030… En moins de vingt ans, l’Occident perdra plus de la moitié de sa prépondérance économique… L’une des principales conséquences de cela c’est que les États-Unis et leurs alliés n’auront probablement plus les moyens financiers d’assumer le rôle de gendarmes du monde… De sorte que ce changement structurel (aggravé par la profonde crise économique actuelle) pourrait réussir là où l’Union soviétique et Al-Qaïda ont échoué : à savoir, l’affaiblissement durable de l’Occident.

Selon ce rapport de la CIA, la crise en Europe durera au moins une décennie, soit jusqu’en 2023… Et, toujours selon cette étude, il n’est pas certain que l’Union européenne réussira à maintenir sa cohésion. Entre-temps, l’émergence de la Chine se confirme comme deuxième économie du monde qui deviendra bientôt la première. Simultanément, les autres pays du groupe BRICS (Brésil, Russie, Inde et Afrique du Sud) s’installent en deuxième ligne et entrent en compétition directe avec les anciens empires dominants du groupe JAFRU (Japon, Allemagne, France, Royaume Uni).

En troisième ligne apparaissent désormais une série de puissances intermédiaires avec des démographies à la hausse et de forts taux de croissance économique, appelées à devenir également des pôles hégémoniques régionaux et avec tendance à se constituer en groupe d’influence mondiale, le CINETV (Colombie, Indonésie, Nigeria, Ethiopie, Turquie, Vietnam).

Mais d’ici à 2030, dans le Nouveau système international, quelques unes de plus grandes collectivités du monde ne seront plus des pays mais de communautés rassemblées et reliées entre elles par Internet et les réseaux sociaux. Par exemple, « Facebookland » : plus d’un milliard d’usagers… ou « Twitterland » : plus de 800 millions… Dont l’influence dans le jeu de trône de la politique mondiale pourrait être décisif. Les structures de pouvoir vont se disséminer en raison de l’accès universel à la Toile et à l’usage des nouveaux outils numériques.

A cet égard, le rapport de la CIA annonce l’apparition de tensions entre les citoyens et certains gouvernements ; tensions que plusieurs sociologues qualifient de « post-politiques » ou « post-démocratiques »… D’un côté, la généralisation de l’accès à Internet et l’universalisation de l’usage des nouvelles technologies vont permettre aux citoyens d’élargir le champ de leurs libertés et de défier leurs représentants politiques (comme ce fut le cas lors printemps arabes ou de la crise des indignés). Mais, en même temps, selon les auteurs du rapport, ces mêmes outils électroniques vont procurer aux gouvernements « une capacité sans précédent de surveiller leurs citoyens » [2].

« La technologie – ajoutent les analystes de Global Trends 2030 – continuera d’être le grand critère de différentiation des États, mais les futurs empereurs d’Internet, semblables à ceux de Google ou de Facebook, possèderont des montagnes entières de données et manipuleront en temps réel beaucoup plus d’informations que les États ». C’est pourquoi la CIA recommande à l’Administration des États-Unis qu’elle se prépare à affronter les grandes entreprise privées qui contrôlent Internet en activant le Special Collection Service, un service d’intelligence ultrasecret – qui dépend conjointement de la NSA (National Security Service) et le SCE (Service Cryptologic Elements) des Forces armées – spécialisé dans la captation clandestine d’informations d’origine électro-magnétique. Si un groupe d’entreprises privées venait à contrôler la masse de données qui circule sur Internet, il pourrait conditionner le comportement d’une grande partie de la population mondiale, voire même des entités gouvernementales. La CIA craint aussi que le terrorisme djihadiste soit remplacé par un cyberterrorisme encore plus effroyable.

Le rapport prend d’autant plus au sérieux ce nouveau type de menace que, en définitive, le déclin des États-Unis n’a pas été provoqué par une agression extérieure mais par une cause interne : la crise économique survenue en 2008 après la faillite de la banque Lehman Brothers. Les auteurs estiment que la géopolitique contemporaine doit prendre en compte des nouveaux phénomènes qui n’ont pas forcément de caractère militaire. Car, même si les menaces militaires n’ont pas disparu (cf. les affrontements armés en Syrie, les menaces concernant l’Iran ou la récente gesticulation nucléaire de la Corée du Nord), les dangers principaux que courent aujourd’hui les sociétés sont de type non-militaire : changement climatique, conflits économiques, crime organisé, guerres électroniques, nouvelles pandémies, épuisement des ressources naturelles…

Sur ce dernier aspect, le rapport signale qu’une des ressources qui s’épuise le plus rapidement est l’eau douce. En 2030, 60% de la population mondiale connaîtra des problèmes d’approvisionnement en eau, ce qui pourrait donner lieu à des « conflits hydriques »… Concernant les hydrocarbures, en revanche, la CIA se montre beaucoup plus optimiste que les écologistes. Grâce aux nouvelles techniques (fort polluantes) de fracturation hydraulique, l’exploitation du pétrole et du gaz de schiste devrait atteindre des niveaux exceptionnels. Les États-Unis seraient déjà autosuffisants en gaz, et ils le seront, en 2030, en pétrole. Ce qui fait baisser ses coûts de production manufacturière et encourage la relocalisation de ses industries de main d’œuvre. Mais si les États-Unis – principaux importateurs mondiaux d’hydrocarbures – cessent d’importer du pétrole, les prix du baril s’effondreront. Quelles seraient alors les conséquences pour les actuels pays exportateurs ?

Dans le monde de demain, 60% des personnes vivront, pour la première fois dans l’histoire de l’Humanité, dans les villes. D’autre part, conséquence de la réduction accélérée de la pauvreté, les classes moyennes deviendront dominantes et le nombre de personnes qui en feront partie sera multiplié par trois passant de 1 milliard à 3 milliards. C’est une révolution colossale. Qui provoquera, entre autres conséquences, un changement général des habitudes culinaires ; notamment une augmentation de la consommation de viande à l’échelle planétaire. Ce qui va aggraver la crise environnementale. Parce qu’il faudra augmenter considérablement l‘élevage (de bovins, d’ovins, de porcs et de volailles). Et cela supposera une explosion de la consommation d’eau (pour produire les fourrages), d’énergie et de l’usage de fertilisants. Avec des dérivations négatives en termes d’effet de serre et de réchauffement global…

Le rapport prévoit également que, en 2030, les habitants de la planète seront 8,4 milliards, mais que l’augmentation démographique cessera partout à l’exception de l’Afrique. Il y aura donc un vieillissement général de la population mondiale. En revanche, la relation entre l’être humain et les « technologies prothétiques » va accélérer la mise au point de nouvelles générations de robots et l’apparition de « surhommes » capables de prouesses physiques et intellectuelles inédites.

Le futur est rarement prévisible. Il ne faut pas pour autant cesser de l’imaginer en termes de prospective. Et de nous préparer à agir face à diverses circonstances possibles dont une seule se produira. Même si (nous l’avons déjà dit) la CIA possède son propre point de vue subjectif sur la marche du monde, et que ce point de vue est conditionné par l’impératif de la défense des intérêts des États-Unis, ce rapport constitue un outil de travail extrêmement utile. Sa lecture nous aide à prendre conscience des rapides évolutions en cours et à réfléchir sur la possibilité, pour chacun d’entre nous, d’intervenir et d’agir pour infléchir le cours des choses, afin de contribuer à construire un futur plus juste.

http://www.legrandsoir.info/le-monde-en-2030.html

Publicités

Linda Dorcéna Forry, une haïtiano-américaine en route pour le sénat Massachusetts


Linda Dorcéna Forry a remporté hier mardi les élections primaires démocrates dans le Premier District Suffolk face à son collègue de la Chambre des Représentants Nick Collins et l’entrepreneure Maureen Dahill. La députée Forry devra affonterle 25 juin prochain le républicain Joseph Anthony Ureneck, une figure politique peu connue dans un district où le parti démocrate est majoritaire.
Si elle est élue, elle remplacera l’ancien sénateur John A. Hart (démocrate) qui a démissionné au mois de janvier dernier pour faire carrière dans une firme d’avocats et deviendra ainsi la première femme et membre d’une minorité raciale à représenter ce district au Sénat.

Pour de nombreux analystes politique, la victoire de la députée Forry est très significative dans la mesure où ce siège a été occupé pendant les cinquante dernières années par des hommes politiques résidant dans le quartier « South Boston » et d’origine italienne et surtout irlandaise (Willaim Burger, Stephen Lynch et John Hart). Sa victoire est attribuée à son expérience et surtout à son équipe de campagne qui a mobilisé les votants de deux circonscriptions de Milton et 15 de la ville de Boston faisant partie du 12ème district du Comté de Suffolk qu’elle représente, depuis 2005, à la Chambre des repésentants. Non moins négligeable a été le support des élus locaux afro-américains et hispaniques de Dorchester, Mattapan et Hyde Park.

La victoire de la députée Forry favorablement accueillie par la communauté haïtienne du Massachusetts a lancé également le débat sur le poids du vote haïtiano-américain dans la balance électorale. Elle a en effet remporté ces élections primaires spéciales en devançant son concurrent immédiat Nick Collins de 378 votes.

Née en 1973 à Dorchester de parents haïtiens qui ont immigré aux Etats-Unis dans les années 60, Linda Dorcéna Forry a fait ses études primaires et secondaires dans le système scolaire catholique de l’Archevêché de Boston. Elle a fait toute sa carrière dans l’administration publique après ses études universitaires à Boston College où elle a décroché en 1997 une licence en gestion des enterprises. Représentante à la Chambre des Représentants du 12ème District depuis 2005, Linda Dorcéna Forry est étudiante au Kennedy School of Gouvernement faisant partie de Harvard en vue de l’obtention d’une maîtrise en administration publique. Mariée à Bill Forry, d’origine irlandaise, dont la famille possède plusieurs journaux dans la région métropolitaine de Boston dont le Haitian Reporter, notre compatriote est mère de 4 enfants.

Yves Cajuste

Info Haiti.net

La chanteuse de RAM toujours intéressée à se porter candidate sous la bannière de Fanmi Lavalas aux prochaines sénatoriales: mais le verdict final est du ressort d’une commission électorale, selon la coordonnatrice du comité exécutif


(AHP) – La chanteuse vedette du populaire groupe RAM, Lunise Morse manifesterait toujours sa volonté de représenter l`organisation politique Fanmi Lavalas aux prochaines sénatoriales qui devraient avoir lieu avant la fin de cette année.
L’information a été confirmée par la coordonnatrice du comité exécutif de Fanmi Lavalas, le Dr Maryse Narcisse qui informe cependant que le choix final est du ressort d’une commission électorale mise en place pour préparer la participation de l’organisation aux prochaines compétitions électorales.
Elle précise à l’actif de madame Morse que cele-ci a été bien accueillie par de nombreux militants Lavalas samedi lors d`une cérémonie organisée à la veille de la fête des mères au local de la fondation Docteur Aristide pour la Démocratie.
Le Dr Narcisse a souligné que les candidatures féminines sont vivement encouragées au sein de Fanmi Lavalas et exprimé le souhait qu’encore plus de femmes manifestent leurs désirs de représenter l`organisation aux prochaines sénatoriales.
Pour ce qui est du conseil électoral, Maryse Narcisse recommande indépendance et impartialité.
Lunise Morse est la femme du cousin du président Michel Martelly, Richard Morse, qui avait quitté son poste de conseiller du chef de l’Etat, après avoir dénoncé la corruption qui régnerait au sein de l’administration du président.
Agence Haïtienne de Presse

Reprise partielle du trafic aérien à l’aéroport international Toussaint Louverture de Port-au-Prince après l’accident de l’avion militaire brésilien de la MINUSTAH: des passagers de AA furieux de n’être pas pris en charge


(AHP) – Le trafic aérien a partiellement repris ce lundi à l’aéroport international Toussaint Louverture de Port-au-Prince, 24 heures après avoir été interrompu suite à un accident ayant provoqué la sortie de piste d’un avion militaire brésilien.

L’appareil qui rappatriait 131 casques bleus en fin de mission, avait dû faire demi-tour en raison d’un problème technique. A l’atterrisage d’urgence, il aurait raté la piste, se serait endommagé le train d’atterrisage. Et un réacteur a alors pris feu.
Aucun des passagers et membres d’équipage n’a été blessé, selon des responsables miliaires de la MINUSTAH. Car les sapeurs pompiers haïtiens ont été rapides dans leur intervenion.
On ne sait pas encore si l’enquête annoncée a déjà révélé des indices sur les causes de l’accident.
Le trafic suspendu dimanche a repris ce lundi mais partiellement, puisque la principale compagnie AA, n’a pas repris ses activités. Ce qui a suscité les foudres de ses pasagers
« Nous avons été renvoyés chez nous, avec l’avertissement que nous ne pourrions pas prendre l’avion avant vendredi », ont-ils fait savoir.
Une situation qui, selon eux, va avoir de sérieuses conséquence sur leurs activités professionnelles. Certains d’entre eux disent même craindre de perdre leur travail.
Ils ont déploré que les responsables de la compagnie n’aient adopté aucune mesure pour les prendre en charge, soulignant pour la plupart, ils n’ont nulle part où trouver de l’hébergement à Port-au-Prince.
Agence Haïtienne de Presse

Individualisme/capitalisme contre démocratie/socialisme.


 

ADSkippy

-le Socialisme ; l’espoir de justice et égalité dans la différence.

-le Capitalisme ; le désespoir, l’inégalité et l’injustice, dans l’indifférence.

« Les grandes inégalités entre les hommes sont essentielles pour la compétition et Capitalisme ». (Andrew Carnegie)

« Plus ça change, plus c’est la même chose ». (Alphonse Karr)

En 1971, Le PCF, publia le « Programme pour un Gouvernement Démocratiques d’Union Populaire ». (Précurseur du programme commun de la gauche). On y trouve des propositions qui sont encore plus d’actualité aujourd’hui, qu’hier : Nationalisation du secteur bancaire, financière et des grandes entreprises nationales, la justice fiscale, une politique du logement, l’environnement (faire payer les pollueurs), politique sociale, sante, travail, éducation, communication, et démocratisation des institutions, etc.

« ..Le peuple de France n’obtiendra pas une amélioration profonde et durable de son sort tant que s’exercera sur la vie nationale, la domination des puissances d’argent …. »

« …Ce monde est à l’envers. Il faut le mettre à l’endroit ». (George Marchais, 1971)

Alors, la Démocratie ? On entend souvent parler et ça se mélange dans toutes les sauces, mais, pas beaucoup peuvent donner des exemples concrètes de son existence au quotidien, à part le « droit de vote », évidemment, et encore…

Les millions de chômeurs, les pauvres et sans abris ; est-ce démocratique ?

La hiérarchisation extrême, « par le haut », de notre société, avec toutes ses intimidations et menaces, dans le privé comme le publique ; est-ce démocratique ?

Sous guise d’une rhétorique populiste, le système démocratique s’est mise, essentiellement au service des minorités privilégies et du capitalisme.

Individualisme : « Tendance à ne songer qu’a soi, à s’affranchir de toute solidarité avec son groupe sociale ». (Qu’il ne faut pas confondre avec l’individu, qui lui, au contraire, peut s’accommoder très bien et faire partie du groupe).

On a élevé l’individualisme à un « culte », presque mystique ; c’est un trait caractéristique surtout évident chez nos « idoles », les « stars », les « héros ». On les trouve partout ; les affaires, les sports, les arts et spectacles, les medias, etc.

Leurs extravagances et « débauches dans l’opulence » est sujet de curiosité et d’admiration. Le « système » les met en avant dans la vitrine, à travers laquelle on banalise un système économique d’exploitation de nature brutale et inique. « S’ils ont réussi et gagnent autant, c’est parce qu’ils le méritent, c’est le marché de l’offre et la demande », par extension, les autres, (la grande majorité), ne méritent bien que ce qu’ils ont.

L’individualisme n’aspire qu’à la gratification personnelle avant tout, même au détriment du groupe social. Dans ses démarches, il ne cherche, ni demande l’accord ou considération du collectif social, cela ne lui est ni nécessaire ni indispensable, (Voir paradis fiscaux et domiciles). Au contraire même, on l’admire. De par sa démarche « compétitive » il encourage et justifie la grande disparité économique et sociale en faveur d’une élite : « Si les inégalités existent, c’est parce que ça dépend de l’effort et du désir de chacun pour réussir » ; sous entendu, que tous ceux qui veulent vraiment, peuvent. (Pour ceux qui aiment les carottes).

Il est de norme aujourd’hui, de parler de la démocratie comme étant liée et dépendante de l’économie capitaliste, comme s’il y avait une corrélation entre les deux. Tout pays, ou individu, qui ne respect pas le principe du marché libre, ne peut être considéré comme démocratique. Le capitalisme se permet l’audace et arrogance de confondre démocratie avec un système économique d’exploitation de masse.

On essai bien de nous convaincre que notre « Démocratie » ne tient que grâce à une économie libre et compétitive. En fait, ce que nous avons c’est une ploutocratie, du « fascisme tacite », par les grands intérêts d’argent, avec la complicité de nos politicards, de droite comme de « pas » gauche (PS), bureaucrates et technocrates, qui, sans vergogne, se sont couchés avec le diable et de ce fait ont perdu tout crédibilité et respect.

Donc, la logique, la raison et la démocratie ne peuvent être compatibles avec le capitalisme et l’individualisme. Pire, parce qu’ils conspirent ensemble contre le collectif social, ils sont antidémocratiques.

La prochaine fois que vous voyez un de nos éminents citoyens, un de nos « stars », symbole de la « réussite » sociale, regardez-le bien. Vous risquez de le voir sous une autre perspective.

Je vous salue.

ADSkippy

URL de cet article 19812
http://www.legrandsoir.info/l-individualisme-capitalisme-contre-democratie-socialisme.html

Mascarade de Martelly à la Duvalier


Photo: Photo souvenir avec le Staff de Matin Caraibes et le PDG de la radio, M. Patrick MoussignacIl y a des gens qui sont faits d’audace (au sens négatif du terme) et de cynisme, et la nature a horreur de ces créatures hideuses.

Dans sa quête de trouver même une seule raison d’exister, le président Michel Joseph Sweet Micky Martelly ferait et dirait n’importe quoi même s’il doit massacrer ou forcer à la réclusion à perpétuité sa propre conscience.

Dans un pays où le gros de la population vit comme ne vivant pas pendant qu’on ne cesse de quémander en son nom, le président haïtien n’a rien trouvé de mieux que de dilapider les fonds du trésor public pour satisfaire ses désirs mégalomaniaques à la Papa Doc. Qu’est-ce que c’est que « fêter les deux ans de la prestation de serment du président » le 14 mai dernier? Et, pour rassembler la grande foule en guise de support pour cette circonstance combien provocante, le nostalgique Michel Martelly, comme exige la culture duvaliérienne, envoya chercher des gens dans les différentes villes de province dans des camions affrétés. A des citoyens quelques milliers de gourdes ont été distribués. N’est-ce pas un gaspillage, un non-sens ? N’est-ce pas dire aux citoyens et aux citoyennes du pays que « s’ils/elles ne se révoltent pas, c’est qu’ils/elles ne sont pas des hommes et des femmes » ? En d’autres termes, n’est-ce pas provoquer la conscience citoyenne ?

Heureusement pour Michel Martelly, il se trouve en face d’une élite acquise officieusement à sa cause, qui n’a rien à foutre des malheurs du pays malgré sa verbosité nationaliste en public ; d’une jeunesse en majorité acculturée puisque mal formée et désinformée (c’est voulu par l’élite), qui n’a pas la conscience de ses droits et de ses devoirs ; des masses dépossédées, à bout de souffle, livrées à elles-mêmes, sans repères. Le cas échéant, il (Martelly) n’aurait jamais osé appliquer en ce début du 21e siècle des pratiques qui avaient déjà causé, durant le règne des Duvalier, tant d’injures à la dignité de la Nation.

Somme toute, Martelly s’était montré quand même prudent, pour ne pas dire intelligent lors de son rassemblement festif du 14 mai. Car au lieu de parler de son propre bilan, lequel bilan n’existe pas en fait, il avait laissé les corrompus, les flagorneurs, les panégyristes, les nuls, ect. parler pour lui. Vraie tragi-comédie en Haïti !

D’aucuns ont assimilé l’action du président Martelly comme étant une réplique à l’ancien président Aristide. En vérité, ç’aurait été une folie. N’en parlons pas. Demandons-nous plutôt ce que nous réserve le président Michel Joseph Sweet Micky Martelly pour la célébration de chacune de ses trois années qui lui reste à passer à la présidence !

 Morisseau Lazarre kamoy3@optimum.net

Le député de Ouanaminthe fustigé à la Chambre et dans sa circonscription après s’être agenouillé mardi soir aux pieds du président Martelly : il aurait fait savoir qu’il ne savait pas ce qu’il faisait.


depute Luckner Noel(Photo: Photo souvenir avec le Staff de Matin Caraibes et le PDG de la radio, M. Patrick MoussignacAHP) –Consternation, déception, révolte et colère, les mots ne manquent pas pour dénoncer l`attitude du député de Ouanaminthe Luckner Noël qui s`est mis à genoux mardi devant le président Michel Martelly lors de la célébration du 2eanniversaire de son investiture.
Dans le concert de louanges auquel le chef de l`Etat a eu droit mardi de la part des députés du bloc pro-gouvernemental PSP (Parlementaires pour la Stabilité et le Progrès, le bloc présidentiel de la chambre basse), c`est l`élu de Ouanaminth qui s`est le plus illustré, en s`agenouillant aux pieds du président Martelly.
Ce n`est pas ce que nous l’ avons envoyé faire au parlement, s`insurgent des habitants de la ville de Ouanaminthe qui estiment que le comportement servile et la platitude du député Luckner Noel ont assséné un coup terrible à la fierté proverbiale des gens du Nord.
« Par son geste, le député Noël, ancien commerçant et propriétaire d`un établissement scolaire, a terni l`image des habitants de la circonscription et donné un mauvais exemple à ses éleves », ont estimé des citoyens qui intervenaient sur une station locale.
Au parlement, députés et sénateurs ont fustigé la bassesse de Luckner Noël aussi bien que celui des élus pro-Martelly qui se sont pratiquement bousculés sur le stand du président pour l’encenser.
Selon plusieurs parlementaires, les députés du PSP ont perdu pour la plupart toute leur personnalité, en raison du fait qu’ils sont constamment arrosés par l’exécutifLe président de l’assemblée nationale affirme que le comportement du député de Ouanaminthe l’a tellement indigné qu’il a pleuré.
 
Simon Dieuseul Desras rappelle que ce n’est pas par faveur que des projets sont réalisés dans les régions du pays et c’est une rsponsabilité de l’Etat.
 
 
 
Pour ce qui est du bilan des deux années de présidence Martelly, le sénateur Desras affirme qu’il y a certes certaines réalisations à mettre à l’actif de Martelly mais il y a tellement d’attente à n’avoir pas été comblés qu’il préfère parler de déception.
 
 
 
Le sénateur Pierre Francky Exius estime qu`il est triste de constater que des députés qui ont la prérogative de contrôler l’action du gouvernement ont perdu la tête au point de se prosterner devant un élu comme eux.
 
 
Ils devraient de préférence, a-t-il dit, se poser des questions sur la provenance de l’argent dépensé pour réquisionner des bus pour faire venir des gens de toutes les régions du pays.
 
 
 
Le parlementaire dit souhaiter que le président de la commission finances du grand corps convoque le ministre des finances pour avoir des explications.
 
 
 
Des parlementaires ont rappelé que c’est en autres, en raison du fait que la ministre Marie Carmelle Jean-Marie s’était refusée à décaiser ds fonds pour cette célébration qu’elle avait été contrainte à la démission.
 
 
 
Le député de Dame-Marie, Acklush Louis-Jeune a imploré le pardon de la population pour le geste de son collègue Noël.
Ce sont des images qui n’honorent pas le parlement, a dit le député Louis-jeune rappelant toutefois que la plupart des projets que ses collègues ont mis à l’actif du chef de l’Etat, étaient déjà en cours avant l’arrivée de Michel Martelly au pouvoir.
 
 
Sans pitié, il a fait savoir que comme dans la foule, il y avait beaucoup de gens qui « fumaient« , les députés flagorneurs pouvaient être sous quelque effet.
 
 
Le député Emmanuel Fritz-Gérald Bourjolly condamne lui aussi le comportement de l`élu de Ouanaminthe. Il aurait passé un mauvais moment si j`étais là, a-t-il dit.
 
 
 
Le président de la commission justice de la chambre basse estime que ces collègues qui ont publiquement terni l’image du parlement, ne comprennent pas la dimension de la tâche à laquelle ils sont appelés.
 
 
 
A Miragoane, des dizaines de partisans du président Martelly ont vivement protesté mardi pour n`avoir pas pu faire le déplacement à Port-au-Prince.
 
Ils ont accusé des représentants de l`Exécutif dans les Nippes d`avoir, disent-ils, détourné les 300 000 gourdes débloqués pour assurer leur déplacement.
 
Plusieurs milliers de personnes s’étaient rassemblées mardi soir devant le palais présidentiel où des stands ont été dressés, dans le cadre des festivités marquant les deux ans de l’investiture du président Martelly.
 
Dans son édition du 15 mai, le quotidien le Nouvelliste relève que « personne n’est en mesure de dire si les gens rassemblés étaient là pour écouter le bilan des deux premières années de Martelly au timon des Affaires ou pour festoyer à la faveur de l’ambiance carnavalesque qui régnait au Champ-de-Mars.

Deux ans de pouvoir du président Martelly : le secteur au pouvoir parle de victoire pour le peuple ; l’opposition ne voit aucun motif de satisfaction


(AHP) – Le président Martelly commémore ce mardi 14 mai, le deuxième anniversaire de son investiture à la tête de la magistrature suprême du pays.

Si la présidence se décerne un satisfécit pour les réalisations de l`administration Martelly, l`opposition affirme ne voir aucun motif de satisfaction et fait état tout simplement d’un bilan négatif.

Le porte-parole de la présidence Lucien Jurat informe que plusieurs activités sont prévues ce mardi pour marquer l`évènement dont un discours et un concert au Champ-de-Mars. Le président Martelly lance entre autres ses invitations par robot-call et SMS par le biais des compagnies NATCOM et DIGICEL

Le porte-parole se félicite des efforts consentis par l`administration du président Martelly en vue d`amorcer le processus de relèvement du pays.

Rappelant que l`administration a hérité d`une situation catastrophique après des dégâts évalués à plus de 13 milliards de dollars causés par le tremblement de terre de janvier 2010 qui a fait plus de 300.000 morts, Lucien Jurat soutient que le pays est pour le moment en chantier.

Il a cité entre autres les bâtiments publics devant entre autres abriter la Primature, la DGI et certains ministères. M. Jurat a aussi indiqué que plus de 700 000 victimes du séisme de janvier 2010 ont quitté les camps de déplacés érigés sur les places publiques.

Plus de 1 million 500 mille avaient été jetés a la rue.

De l`instabilité politique marquée par une insécurité chronique, Haïti est passé au statut d`un pays capable de recevoir des conférences internationales auxquelles plusieurs chefs d`Etats de pays étrangers ont pris part, a dit M. Jurat, ajoutant que plus de 1 million d`enfants continuent de bénéficier du programme dit de scolarisation gratuite et obligatoire (PSUGO) et que de nombreuses familles bénéficient de programmes de protection sociale mis sur pied par le gouvernement.

Nous avons amorcé le processus de développement du pays de manière à le faire devenir un pays émergent d`ici les 30 prochaines années, a dit le porte-parole de la présidence.

Quant au président Martelly présentant lundi soir la Place Boyer rénovée, il estime avoir fait beaucoup plus que tous ses prédécesseurs.

De nombreuses places publiques avaient été réalisées sous les gouvernements Aristide et Préval, mais nombre d’entre elles avaient été abandonnées ou détruites après les événement de 2004 qui ont conduit au départ forcé du président Jean Bertrand Aristide. Le musée de l`’histoire au Champ-de-Mars avait également été saboté à la meme époque

Concernant le bilan des deux ans de Martelly,Le ministre de la justice et de la sécurité publique Jean Renel Sanon parle lui aussi de motifs de satisfaction en matière de l`administration de la justice.

Le ministre a fait état d`efforts consentis en vue du renforcement de l`administration de la justice et de l`Etat de droit dans le pays.

Il a cité la mise en place du CSPJ (Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire) et du renforcement de la cour de Cassation en vue d`assurer son fonctionnement en bonne et due forme.

Le renforcement de l`Ecole de la magistrature et l`installation de bureaux d`assistance légale sont autant d`exemple témoignant de la volonté de l`administration Martelly d`assurer une bonne distribution de la justice dans le pays, selon Me Jean Renel Sanon.

Cependant, pour l’opposition, la corruption a pris le pas sur les progres.

Le sénateur Francisco De La Cruz affirme que le bilan de M. Martelly n’est reluisant qu’en matière de propagande.

Le parlementaire fait état de la détérioration des relations entre l`Exécutif et le Législatif durant les deux premières années du mandat de Michel Martelly, d`arrestation illégale d`un député en fonction, Arnel Bélizaire et de l`inflation qui ne cesse d`augmenter dans le pays.

Je ne vois là aucun motif de satisfaction, a lancé le docteur De La Cruz qui fait également état de la corruption qui gangrène, selon lui, l`administration du président Martelly. Il affirme que, du train où vont les choses, rien ne garantit que le pays va devenir un Etat émergent danst les 25 prochaines années.

Meme lecture de la part du sénateur Jean-Baptiste Bien-Aimé.

Le président du Bureau des Avocats Internationaux (BAI), Me Mario Joseph estime lui aussi que le bilan de l`administration du président Martelly est négatif.

Le militant des droits humains qualifie le président Martelly de pourfendeur des libertés fondamentales notamment la liberté d`expression.

Les attaques contre la presse et les journalistes ont été nombreux au cours des deux dernières années

Me Joseph a énuméré des cas où le chef de l`Etat et des membres de son entourage s`en sont violemment pris à des journalistes dans l`exercice de leurs profession et des actes arbitraires posés par l’Exécutif pour contrôler les autres pouvoirs.

Il a cité des manœuvres visant à manipuler le processus électoral.

2 ans après l`investiture de Michel Martelly, la situation des droits de l`homme dans le pays n`a nullement progressé, a dénoncé l’avocat.

Mais le CARLI de Me Renan Hédouville voit davantage de points positifs

La secrétaire générale du RDNP (Rassemblement des Démocrates Progressistes Haïtiens) Mirlande H. Manigat estime que le régime du président Martelly ne peut se réjouir d`avoir entamé le processus de redressement de la situation actuelle du pays au cours de ses 2 premières années de pouvoir.

L`ancienne candidate à la présidence, battue par Michel Martelly lors des dernières élections, a dit remarquer que l`équipe au pouvoir n`applique aucun plan de développement car, selon elle, les problèmes fondamentaux du pays ne font que s`aggraver.

Plusieurs autres secteurs et personnalités ont dénoncé la corruption et les scandales a répétition dans lesquels des membres de l’équipe gouvernementale et des membres de la famille présidentielle sont accusés d’implication, qui ont gravement affecté l’image de l’equipe au pouvoir.

Si le président invite ce mardi à un rassemblement au Champ-de-Mars et que les rue de la capitale regorgent de banderoles et de pancartes pour vanter les bienfaits du régime, l’opposition appelle à un concert de casseroles et de klaxons pour dénoncer les mauvaises conditions de vie de la population et demander des comptes sur l’utilisation des finances publiques.

Haïti-USA: JetBlue aura des vols quotidiens de Port-au-Prince à New York et Miami fin 2013


N192JB - JetBlue Airways Embraer 190 aircraft(Haiti Press Network) – La compagnie aérienne JetBlue Airways a annoncé jeudi qu’elle aura des vols aller-retour de l’aéroport international Toussaint Louverture (Port-au-Prince) vers les Etats-Unis avec un vol par jour en direction de l’aéroport John F. Kennedy International de New York (JFK) et deux vols par jour vers l’aéroport international de Fort Lauderdale-Hollywood (FLL) à partir du 5 décembre prochain, a appris Haïti Press Network.

Ces vols quotidiens sans escale de ces deux destinations des Etats-Unis vers Haïti attendent encore l’autorisation d’exploitation du gouvernement haïtien.

En plus du service sans escale de JetBlue depuis la Floride, les clients de Port-au-Prince pourront se connecter facilement à partir de Fort Lauderdale vers d’autres destinations aux États-Unis, notamment Boston, MA; New York (JFK, LaGuardia et le comté de Westchester); Newark, NJ;et Washington, DC (Reagan National). Les clients voyageant sur le nouveau service sans escale de JetBlue à partir de Port-au-Prince à New York pourront se connecter à Buffalo, NY; Boston, MA; et Chicago, IL, entre autres destinations.

« JetBlue continue à croître dans les Caraïbes grâce à la grande réception du public de nos bas tarifs et services primés dans la région. Avec les nouveaux vols à Port-au-Prince, nous avons l’intention de répondre à la demande pour un service de qualité en Haïti en offrant des tarifs compétitifs à la grande diaspora haïtienne aux Etats-Unis », a déclaré Scott Laurence, vice-président de la planification du réseau pour JetBlue Airways.

« Nous applaudissons la décision de JetBlue Airways pour desservir Haïti via JFK et Fort Lauderdale à Port-au-Prince, en Haïti, à partir de Décembre 2013. Cette nouvelle a été très bien accueillie par les membres de la communauté haïtienne aux Etats-Unis », a déclaré à Haïti Press Network le consul général de la République d’Haïti à New York, Charles Antoine Forbin.

« Nous disons un grand Merci à JetBlue pour encourager le développement d’Haïti et de donner à notre diaspora la possibilité de visiter le pays plus souvent. Ce sera sans aucun doute donner aussi un coup de fouet à l’économie nationale », a-t-il ajouté.

Une délégation de cinq représentants de la ligne aérienne JetBlue avait visité récemment l’Aéroport International Toussaint Louverture et des installations aéroportuaires afin d’entamer les démarches visant au lancement de vols quotidiens entre New-York et Port-au-Prince avant la fin de l’année.

fedrick.jp@hpnhaiti.com

L’ancien président Aristide recoit les représentants d’une dizaine de medias pour un point de presse : remerciements, misère, problèmes de la faim, réconciliation sociale, elections, au menu entre autres de son point de presse


APTOPIX Haiti Aristide.JPEG(AHP) –Moins de 24 heures après avoir répondu à une invitation du juge Ivikel Dabrésil qui instruit le dossier de l`assassinat du journaliste jean Léopold Dominique, l`ancien président Jean-Bertrand Aristide s`est exprimé aux micros d‘un groupe de journalistes.
 
Il s`agissait de sa 2eprise de parole en public depuis son retour d`exil, en mars 2011. Jean Bertrand Aristide a d`entrée de jeu démenti les rumeurs selon lesquelles on lui aurait demandé de se taire.
 
Personne ne peut m’imposer le silence. Je suis volontairement resté silencieux pendant deux ans car j`estime qu`il n`était pas encore opportun de parler, a assuré Jean-Bertrand Aristide.
 
L`ancien chef d`Etat a tenu à remercier à de nombreuses reprises la population haïtienne et en particulier les partisans et sympathisants de Fanmi Lavalas, son organisation politique, de lui avoir manifesté leur solidarité lors de l’invitation au cabinet d`instruction.
 
Des dizaines de milliers de personnes avaient en effet gagné les rues mercredi pour l’accompagner au Palais de justice et à son retour à la maison, alors que le chef de la police avait la veille interdit toute manifestation pendant la journée du 8 mai. M. Aristide a souligné les liens d’amour existant entre lui et la population haitienne.
 
L’ancien chef d’Etat a fait savoir que sa petite balade involontaire dans plusieurs quartiers populaires de la capitale, lui a permis d’avoir une idée des graves problèmes confrontés par la population, depuis le séisme de 2010.
 
J’ai eu l’occasion, a-t-il dit, la gorge serrée, d’entrevoir la misère qui tenaille la population, à l’ìmage de cette dame qui, au Bel-Air, s’est approchée de mon véhicule une photo du prêtre défunt Gérard Jeran-Juste en main, pour montrer son ventre.
 
« Aucun parti politique, aucun secteur, aucun groupe social, ne peut à lui seul résoudre les problèmes de la population, notamment celui de la faim« , a-t-il martelé, au moment où de nombreux secteurs questionnent la gestion et la politique sociale du gouvernement .
 
Au très expressif proverbe haitien, yon sèl dwèt pa manje kakalou (on ne peut manger le calalou avec un seul doigt), il a ajouté : on ne peut macher et mastiquer la viande au moyen d’une seule machoire.
 
Il a du coup appelé tous les secteurs, particulierement les élites politiques et économiques à conjuguer leurs efforts pour se colleter à ce problème.
 
Il a également eu de bons mots pour la diaspora, le 11eme département comme il l’appelle, évoquant au passage le dossier du prélèvement de taxes sur les appels internationaux et les transferts d`argent vers ou en provenance de l`étranger, des taxes jugées illégales par le parlement haitien .
 
Au cours de sa déclaration qui a duré quelque 40 minutes, l`ancien président Aristide a également assuré que son parti, Fanmi Lavalas, est en train de se renforcer dans la perspective des prochaines élections.
 
Nous pouvons gagner si ces élections sont libres, crédibles, honnêtes et démocratiques, a dit Jean-Bertrand Aristide.
 
Réagissant jeudi à la grande foule qui a accompagné la veille le président Aristide, le sénateur Edwin Zénny, proche du pouvoir, a reconnu que Fanmi Lavalas a bien réussi son coup médiatique.
 
Il n`y a pas de doute, Jean-Bertrand Aristide reste un homme politique très populaire, a du admettre Edo Zenny rappelant que ce dernier a, pendant deux fois accédé à la magistrature suprême, contraint par deux fois à l`exil, pour revenir à chaque fois dans son pays..
 
Edwin Zenny a dit croire cependant que le déploiement de dizaines de milliers de personnes à Port-au-Prince mercredi lors de l’invitation de l’ancien président Jean-Bertrand Aristide au cabinet du juge Ivikel Dabrésil, s`est fait au détriment de la justice.
 
Je ne pense pas que le juge voudra à nouveau convoquer l’ancien président Aristide après ce qui s’est passé mercredi.
 
Et dans ces conditions il est fort probable que la famille de Jean Dominique n’obtienne jamais justice, a-t-il ajouté, sans faire allusion à ceux que la commission présidentielle dirigée sous René Préval par un actuel conseiller du président Martelly, Guyler C Delva, avait voulu à tout prix faire comparaitre..

Navigation des articles