moycorner

UN SITE POUR DESSILLER LES YEUX

Commission bicamerale : le senateur Steven Benoit accuse les deputes de se laisser manipuler par l`Executif ; des organisations de la societe civile denoncent pour leur part des manoeuvres visant a empecher la tenue des electioons en 2013


(AHP) – La commission bilatérale chargée de désigner les représentants du corps législatif au collègue transitoire du conseil électoral permanent (CTCEP), n’aura peut-être pas fait long feu.
Selon le sénateur Steven Benoit, membre de ladite commission qui a stoppé ses activités moins de 48 heures après son installation, ne devrait pas reprendre le travail, les divergences étant trop évidentes entre les députés et les sénateurs.
D`un côté, les députés  veulent avoir la possibilité de désigner des conseillers électoraux et de l’autre, les sénateurs qui entendent laisser aux groupes organisés de la société civile le soin de faire des propositions.
Steven Benoît a défendu la position de ses collègues de la chambre haute en faisant remarquer que, parmi les députés qui veulent désigner des conseillers électoraux, il y a de potentiels candidats au Sénat.
Il appelle les présidents des deux branches du parlement à faire montre de leadership pour résoudre le problème.
Le président du bloc parlementaire pour le renforcement institutionnel (PRI) Sadrack Dieudonné dénonce ses collègues du PSP pro-goyuvernemental  qu`il accuse de bloquer les travaux de la commission.
Le député des Gonaïves estime que les membres du PSP se laissent manipuler par l`Exécutif qui, dit-il, n`a aucune volonté d`organiser les élections.
Il indique que le bloc majoritaire ne sert que les intérêts du pouvoir en place alors qu’ils sont cense travailler au profit de la population.
Des organisations de la société civile et de droits humains dénoncent le piétinement du processus de  mise en place de l`organe appelé à réaliser les prochaines élections.
Elles appellent les protagonistes à accélérer les démarches en vue de favoriser la réalisation cette annee du prochain scrutin.
Le responsable du Conseil National des Acteurs Non Etatiques, Edouard Paultre estime que les parlementaires proches du pouvoir sont ceux-là qui font trainer le processus pour retarder l`organisation des compétitions électorales.
 Le directeur exécutif de l`initiative de la société civile, Rosny Desroches estime lui que l`Exécutif est le principal responsable de la crise du conseil électoral.
 Il appelle les différents acteurs de la vie nationale à presser les autorités d`organiser les élections pour éviter que le pays ne sombre dans une crise institutionnelle et l`instabilité politique.
M. Desroches a également dénoncé un plan du pouvoir en place qui viserait, a-t-il dit, à contrôler l`organe appelé à réaliser les prochaines élections.
Le secrétaire exécutif de la plateforme des organisations de droits humains, Anthonal Mortimé, rend lui aussi le président Martelly responsable de la crise du conseil électoral.
M. Mortimé  a, par ailleurs, dénoncé des menaces sur les libertés individuelles et publiques. Il a fait savoir que la POHDH est prête à accompagner les acteurs de la vie nationale dans la lutte pour  le respect des droits humains.
Publicités

Navigation dans un article

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :