moycorner

UN SITE POUR DESSILLER LES YEUX

D’anciens bénéficiaires de l’oeuvre sociale Lafanmi se lavi estiment 20 ans plus tard que le père Jean-Bertrand Ariside se serait enrichi à leurs dépens: manoeuvres de diversion, selon l’un des avocats de l’ancien président


Port-au-Prince, le 6 décembre 2012 – (AHP) – D’anciens bénéficiaires de l’oeuvre sociale Lafanmi Se lavi fondée en 1986 par le prêtre catholique Jean Bertrand Aristide, accusent aujourd’hui, mais 20 ans plus tard, leur bienfaiteur de les avoir utilisés pour faire fortune.

Les anciens pensionnaires de Se lavi, recueillis, logés, nourris et blanchis alors qu’ils étaient des orphelins abandonnés affirment savoir qu’ils avaient été exploités financièrement.

Un groupe d’une douzaine de jeunes adultes se présentant comme d’anciens beneficiaires de lafanmi Se lavi, menés par Sonny Thélusma dit « Ti Soni », affirment avoir porté plainte contre le fondateur de l’oeuvre sociale qu’il estime s’être enrichi  à leur détriment, parce  qu’il aurait reçu des fonds pour faire fonctionner la maison de la Rue Camille Léon à Port-a-Prince.

Ti Soni accuse l’ancien prêtre élu président et renversé  à 2 reprises, d’avoir refusé de le recevoir après son retour d’exil en Afrique du Sud, en mars 2011. Alors qu’il s’imaginait que  l’ancien président Aristide pourrait le prendre en charge le restant de sa vie.

On se refuse pour l’instant à tout commentaire dans l’entourage de l’ancien chef d’Etat, mais l’un de  ses avocats, Me Camille Leblanc, assimile la démarche du groupe à une forme de diversion et à de la manipulation politique.

Cette affaire intervient dans un contexte de confusion alimentée entre autres  par une crise pré-electorale, des problèmes sociaux et des accusations contre des cadres de l’adminisrations publiques.

Sans vouloir citer le secteur qui pourrait être derrière la décision des jeunes hommes conduits par Ti Soni, Me Leblanc estime qu’il s’agit de manoeuvres visant à détourner l’attention de la population de ses réelles préoccupations.

L’évenuelle plainte pour exploitation financière ne tient pas debout, a dit Me Leblanc, s’interrogeant: savent-ils ce que ca coûte d’héberger, nourrir, blanchir et éduquer des dizaines d’enfants orphelins?

D’anciens soutiens de l’ancienne oeuvre sociale ont rappelé pour leur part  que le même groupe de jeunes avait déjà pris en otage la maison de Se lavi (qui n’est pas la propriete de M. Aristide) et que la police avait dû intervenir pour les en déloger.

Ils ont également fait  etat de rumeurs circulant dans l’entourage de ces hommes, selon lesquelles ils checheraient à reprendre, à titre de soi-disant dédommagement, le contrôle de la maison et auraient obtenu la garantie de certaines personnes qu’elles la leur achèteraient, dans un tel cas.

Publicités

Navigation dans un article

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :