moycorner

UN SITE POUR DESSILLER LES YEUX

Michel Martelly minimise le symbolisme du 18 Novembre


À peine rentré au bercail le dimanche 25 novembre d’une visite de neuf jours en Europe, visite loisir tout simplement, croit-on, puisque ne pouvant avoir des retombées positives pour la collectivité haïtienne, le président Michel Martelly, pigeon voyageur comme lui seul, a pris sa canne de pèlerin et s’est rendu à Cuba le 27 novembre pour parapher avec son vis-à-vis cubain Raùl Castro quelques accords bilatéraux.

Arrivé à la Havane, la capitale cubaine, le président haïtien a visité la Place de la Révolution pour rendre hommage au père de l’indépendance cubaine, Jose Martí, dont il a déposé une gerbe de fleurs au pied de la statue.

En fait, vu les sacrifices consentis par le peuple cubain et son gouvernement pour aider de manière désintéressée le peuple haïtien ; vu ce que représente Cuba pour les autres peuples de l’Amérique, victimes comme nous du colonialisme, nous ne croyons pas que ce soit un mauvais geste de la part du président Martelly. Cependant, ce qui nous peine et qui nous parait bizarre, c’est de voir le premier citoyen du pays aller rendre hommage à un héros cubain à Cuba, tandis qu’il avait choisi de boycotter la commémoration de la Bataille de Vertières le 18 novembre dernier en quittant le pays à la cloche de bois pour une visite loisir en Europe.

Martelly, avec l’arrogance qu’on le connait, prétendait faire un cours d’histoire d’Haïti aux journalistes qui ne l’avaient même pas interrogé sur la raison de son absence du pays le 18 novembre dernier. « Ces Messieurs n’ont pas fait le 18 Novembre pour que la population passe toute sa vie à se nourrir de terre et de la poussière. Ils ne l’ont pas fait pour le statu quo. Ils l’ont fait pour nous retirer de l’esclavage. Cela fait 208 ans que nous allons à Vertières alors que nous continuerons à faire marche arrière. Je me rendrai toujours à Vertières, mais je prioriserai la concrétisation des rêves que ces Messieurs avaient en tête. C’est ce qui est important. »

Mais comment la visite de Martelly est la concrétisation des rêves de ces « Messieurs », c’est-à-dire nos Héros ? Notre gros Jean répond : « Certaines gens se demandaient avec quoi je vais revenir. Je reviens avec des tennis neufs. » Voici comment notre écervelé de président a choisi de minimiser  nos aïeux et tout ce qu’ils ont fait de merveilleux au péril de leur vie pour nous léguer une nation qui s’appelle Haïti.

À moins qu’on soit de ceux qui errent encore dans le vide ou dont la saleté obstrue l’esprit, pour croire que Michel Martelly porte véritablement un atome d’haïtianité dans son « liquide rouge ».

Morisseau Lazarre kamoy3@optimum.net

Publicités

Navigation dans un article

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :