moycorner

UN SITE POUR DESSILLER LES YEUX

Le Conseil de sécurité renouvelle le mandat de la MINUSTAH: la POHDH estime que la mission a failli à sa mission


Port-au-Prince, le 13 octobre 2012 – (AHP) – Le conseil de sécurité de l’Organisation des Nations Unies (ONU) a prolongé vendredi pour une année supplémentaire le mandat de la mission onusienne en Haïti qui expire ce 15 octobre.
Dans une résolution adoptée à l’unanimité de ses 15 membres, le conseil de sécurité a également décidé de ramener l’effectif de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation d’Haïti (Minustah) à 6279 soldats et à 2601 policiers conformément aux recommandations du secrétaire général de l’ONU. La Minustah dispose actuellement de 7276 soldats et de 2825 policiers.
Le secrétaire exécutif de la Plateforme des Organisations Haïtiennes de Droits Humains (POHDH), Anthonal Mortimé affirme que cette décision de proroger le mandat de la Minustah ne l’a pas du tout surpris, dans la mesure où les autorités haïtiennes ne souhaitent pas son départ et où dirigeants et membres de la mission semblent être accrochés au pays.
Ce qu’il affirme regretter, c’est le fait que cette prolongation de mandat prouve que les nations unies minimisent les différents appels au départ des troupes onusiennes du pays dont certains agents sont accusés d’implication dans plusieurs cas de violations de droits humains.
Les casques bleus sont accusés d’implication dans des meurtres (pendaison de Jean Gérald Gilles, 16 ans, dans un camp de la Minustah en août 2010 au Cap-haïtien), dans des viols (affaire Johnny Jean à Port-Salut et Roody Jean aux Gonaïves) et de violation de droits humains dans le pays, a rappelé Anthonal Mortimé.
Le responsable de la POHDH a également déploré que le renouvellement du mandat de la Minustah ait été prononcé sans tenir compte d’une résolution adoptée  en septembre 2011 par le Sénat haïtien  demandant le retrait progressif de la mission onusienne à partir ce cette année.
M. Mortimé affirme aussi noter que les autorités haïtiennes actuelles ne souhaitent pas réellement le départ de la Minustah. Et il tente d’expliquer
« Ces dirigeants qui sont impliqués ou accusés d implication dans des scandales de corruption notamment et confrontés à des manifestations réclamant leur départ, croient que la présence des troupes onusiennes constituent un gage de pérénité pour eux, affirme Anthonal Mortimé.
Peu leur importe qu’Haïti perde sa souveraineté et son droit à l’autodétermination, a ajouté Anthonal Morthimé qui soutient que la Manustah a failli dans sa mission d’établir un Etat de droit en Haïti ou de travailler au renforcment de ses institutions, soulignant que jusqu ici, alors qu on s approche de la fin de l’année, des incertitudes pèsnt sur la tenue d’élections qui, en principe, auraient du se tenir en 2010.
La résolution du 12 octobre demande à la mission onusienne en Haïti d aider le gouvernement à contrer efficacement la violence en bande, la criminalité organisée, le trafic de stupéfiants et la traite des enfants.

Agence Haïtienne de Presse


Publicités

Navigation dans un article

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :